Journée Internationale de la Conscience – 5 avril

Ce mois d’avril est décidément celui d’un renouveau pour moi.

Le confinement a un effet… « révélateur » sur ma façon de faire.

Penser c’est agir : qui l’a dit ? Hum… Victor Hugo ! (la citation entière ici)

Du coup, autant BIEN penser pour BIEN agir, n’est-il pas ?

Ainsi, en cette journée internationale de la conscience je vous exprime ma pensée (au mois une partie) au sujet de ma prise de CONSCIENCE.

Il était une fois, une jeune femme enjouée et créative, ne jurant que par l’envie de posséder.

Rien de bien extraordinaire dans le monde qu’est le nôtre me direz vous puisque c’est le lot de bon nombre d’entre nous.

Cependant dans sa quête effrénée de l’AVOIR, elle en oubliait d’ETRE.

Il est amusant que dans notre grammaire française AVOIR et ETRE soient des AUXILIAIRES.

Des auxiliaires… il s’agit là en quelques sorte d’AIDER notre expression.

Ainsi, elle pensait qu’AVOIR était un BUT, alors qu’en fait, elle cessait petit à petit d’ÊTRE : ce n’était pas l’AIDER !

Puis un jour, la vie m’offrit le plus beau de tous les cadeaux : un super combo DEPRESSION + BURN OUT ! (là j’ai en tête la fusion de Végéta et San Goku XD)

QUOI ???!!??? UN CADEAU ???

Bon, évidemment, sur le coup la dépression ce n’est pas franchement un cadeau.

Non… entre médicaments, thérapies classiques ou alternatives, c’est TOUT SAUF UN CADEAU.

C’en fut pourtant un car, de la profondeur de la souffrance qu’a caractérisé cette période (dont je vous passerai les détails désagréables), a surgi une vérité : je n’ETAIS pas.

A fortiori, je n’ETAIS pas MOI.

De là alors est née ma première prise de conscience, celle que dans ce monde on nait (et donc on est) et on part démuni de toute possession.

LA CLAQUE!!

C’était le début de la formation de ma boule de neige qui allait enclenché cette AVALANCHE.

Aussi, un pas après l’autre, étape après étape, j’ai fait mon APOCALYPSE (dans son sens premier, la REVELATION).

Et les sens des mots (et des maux) ont commencer à prendre : être, avoir, penser, écouter, faire, vouloir, attendre…

Ainsi, après mon auto-destruction est venue ma reconstruction avec ma reconversion, la procréation, la création et le début de la compréhension.

Avec la naissance de ma fille, après une grossesse particulièrement difficile compte tenu des problèmes de santé qui m’assaillaient de toutes part, j’ai commencé à prendre CONSCIENCE de mon devoir et de ma mission.

Je suis éphémère par ma mortalité (limite une lapalissade…)

Cependant, mes actions, mes pensées et ce que je transmets peut servir à la CONSCIENCE COLLECTIVE et aux générations futures qui de toutes les façons oublieront mon nom.

Alors ce que je décide de penser et de faire doit aller dans un seul sens : L’AMOUR.

Aimer mes enfants, aimer ma famille, aimer mes amis, aimer mon prochain, aimer les animaux, aimer la nature, aimer la Terre, ETRE pleinement en harmonie avec l’univers.

Si vous êtes encore là arrivé au bout de cet extrait de mes pensées (encore chaotique je l’admets, je ne suis pas du tout rodée à cet exercice), je vous remercie et j’espère que vous avez compris mon message, celui qui me porte au quotidien.

Belle fin de journée internationale de la conscience à toi lecteur/lectrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *